CLEMENT YOUNES (Stagiaire : Mai – Juillet 2014)

723
0
PARTAGER
L'AUTRE JOURNAL : Edition de juin 2014 - Par Clément YOUNESLes comédiens chantent, dansent, transcendés par la magie du spectacle. La représentation arrive bientôt à son terme. Le public, bouche bée, respire au rythme des mouvements sur les planches. Le charme opère. Conquis par la beauté du spectacle, le parterre se lève. Le balcon suit le mouvement, et les acclamations envahissent le théâtre durant de longues minutes. Clément Younes se fait désirer. Côté cour et côté jardin, on le réclame. C’est le moment d’y aller. Il monte sur scène, écarte les bras puis lève les yeux au Paradis. C’est un triomphe.

Derrière son bureau de journaliste stagiaire où il finalise le montage d’un reportage, Clément se repasse ce rêve qu’il espère prémonitoire. Ecrire une comédie musicale à succès. Une ambition plus qu’un fantasme, il prend le temps de franchir les étapes.
Vêtu d’un jean bien coupé, ponctué d’un revers qui laisse ses chevilles apparentes, Clément arbore ce mardi un t-shirt à l’effigie de Bruce Lee. En guise de couvre-chef estival, un chapeau culmine au sommet de son mètre quatre-vingt-dix. Pas étonnant de le voir porter cette image du «petit dragon», icône légendaire d’un XXe siècle dont ce garçon de la banlieue parisienne puise ses inspirations. La comédie musicale en tête de liste.


Assis sur sa chaise, il ne tient plus en place. Homme d’action, il n’aime pas le travail de bureau. Ses études de journalisme sont d’ailleurs le fruit de cette quête de mobilité. Sa vie, il veut la vivre en mouvement, et croit perdre son temps lorsque son activité ne lui permet pas d’être actif. Ce tempérament énergique n’est qu’un reflet d’un caractère qui ne laisse pas indifférent. «Je suis serein et angoissé, calme et anxieux à la fois.» Imprévisible donc. Capable d’enchainer blague sur blague pendant plusieurs heures, comme de rester muet pendant une journée. Le témoignage d’un homme qui se laisse guider par ses émotions, sans filtre, avec une grande authenticité.

La seule crainte de Clément ? Ne pas réaliser ses rêves. Les pieds sur terre, il est pleinement conscient des opportunités que lui ont offerts une famille qu’il admire, et un pays qu’il ne souhaite quitter à aucun prix. Comme tout homme pressé qui se respecte, il se dit impatient et réfractaire à toute sorte d’obstacles qu’on lui impose. Il ne serait donc pas impossible de le voir atteindre ses objectifs dans un futur très proche. Avec l’ omniprésente volonté de soigner une apparence et un phrasé qu’il justifie par les mots de Rimbaud. «Il faut être absolument moderne.» Une maxime qui lui colle à la peau.

Mathieu Leniau




Travaux  réalisés durant le stage

MUSIQUE

01 – EZZA (groove touareg) – Quand le blues rencontre le désert

02 – DO MONTEBELLO : l’enfant de la terre

03 – NASSIMA CHABANE, Un « zéphir » passe

04 – BIM BAM ORCHESTRA , « une musique de fusion » à l’air du temps

05 – FAWZI BEN GAMRA, le retour sacré

06 – NEUZA, quand le rêve devient réalité

07 – LOS SALSOS POSITIVOS au Divan du Monde : Un plus pour la salsa

08 – La-33 ou l’incarnation de la salsa urbaine

 

THEATRE

09 – « KOUTA » de Massa Makan Diabaté – Au Tarmac (Paris 20ème)

 

ARTS PLASTIQUES

10 – PATRICK WILLOCQ : « Sur la route de Bikoro à Bokonda », voyage au centre du quotidien congolais


LITTERATURE

11 – COUPE DU MONDE DE SLAM 2014 : Le slam, la musique des mots

12 – MARCHE DE LA POESIE 2014 : Gabriel Okoundji récompensé

 

 


 

 

 


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here