BOUSSAAD TOUAZI : De la mélancolie à l’allégresse (En concert au Centre Culturel Algérien de Paris)

632
0
PARTAGER

BOUSSAAD TOUAZI

Accompagné de ses six musiciens, Boussaad Touazi s’est produit le 17 avril dernier, sur la scène du centre culturel algérien pour un concert inédit. Pour la première fois, l’artiste chante dans l’antre parisien de son pays natal.

A chaque fin de musique, Boussaad Touazi s’exprime. Entre plaisanterie et anecdote, l’artiste raconte, illustre, échange. Une manière pour lui de cimenter son assurance. Dans la salle, tous les sièges ne sont pas occupés, pourtant le public présent est réactif. Il fredonne, dance et accompagne la musique d’applaudissements. On surprend même une femme s’offrir quelques pas de dance sur une sonorité qui lui rappelle sa région. « On a passé une superbe soirée et l’ambiance était vraiment sympathique (…) Ça m’a rappelé des chanteurs algérois » lance la femme de Tlemcen, ville situé à l’ouest de l’Algérie. Au fil de la soirée, la température et l’intensité du concert s‘accentue. Le public se prête à un crescendo émotionnel et les encouragements se font de plus en plus entendre. Lorsqu’il pense finir sa prestation, Boussaad entend fuser dans la salle des « encore une, encore une, encore une… ». Porté par l’ambiance de la soirée, l’artiste répond à son tour en offrant une dernière musique aux spectateurs.

Sur l’estrade, les interludes humoristiques de Boussaad font presque oublier sa contenance. Lorsqu’il entame une chanson, l’artiste fait preuve d’une sérénité et d’un calme étonnant. Alors même que l’instrumental exalte le spectateur, lui, reste concentré sur sa prestation. Si certains artistes négligent la qualité de leur voix au dépend de l’atmosphère qui règne dans les concerts, ce n’est pas le cas de Boussaad. Au programme, l’artiste, arrivé en France dans les années 2000, reprend des extraits de son album « Laman » (la confiance), sorti le 21 janvier 2014. Quand il chante la musique phare éponyme de cet album, le public est conquis. Davantage encore, lorsque Boussaad Touazi interprète les chansons Chemâa de l’historique Kamel Messaoudi et Ma Tebghid du célèbre El Hassani. Finalement, ce soir-là, c’est toutes les facettes du Chaâbi algériens qui sont représentées. Du Chaabi d’antan au Chaabi modernisé par un mélange instrumental, toutes les générations sont séduites.

Mohamed Sikaoui

.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here