« ET PARFOIS LA FLEUR EST UN COUTEAU » de Mélissa Laveaux – Au Tarmac (Paris 20ème) – Du 14 juin au 15 juin 2018

10992
0
PARTAGER

Mélissa Laveaux     

Merci de patienter pendant le chargement...

Née à Montréal de parents haïtiens, avant de vivre à Ottawa puis à Paris, la musicienne et chanteuse Mélissa Laveaux a décidé, pour ce spectacle, de suivre l’onde de la déesse des eaux, en compagnie de quelques ombres compagnes…

Mélissa LaveauxMami Wata, Yemanja, Erzulie ou Maman de l’eau, une même figure de sirène emportée de l’Afrique au Brésil et à la Caraïbe dans le ventre de l’Atlantique, au cœur d’une histoire douloureuse et dans une géographie dispersée… Séductrice dans son habit de lumière, avec ses bijoux clinquants, son peigne d’or et son serpent lové à son corps, elle sera un guide sur les traces des femmes artistes inspiratrices et créatrices. Le temps du spectacle, elle intègre le corps de Jeanne Duval, prend sa chevelure et « ce noir océan où l’autre est enfermé », pour mieux raconter ses vies vécues avec Baudelaire et avec les autres artistes qui ont partagé son lit.

Un parcours initiatique et musical, une fresque contée où l’on croise Gauguin et Basquiat ou bien encore Virginia Woolf, Edmonia Lewis, la sculptrice afro-américaine et amérindienne, Frida Kahlo, la peintre mexicaine blessée, ou la photographe américaine Diane Arbus et ses images inquiètes…

Un spectacle hybride pour une voix sensuelle et rebelle, sur des musiques où se mêlent folk canadien et afro-rock haïtien.

DISTRIBUTION

Musique, histoire Mélissa Laveaux

Dramaturgie, direction artistique Mélissa Laveaux, Pierre-Vincent Chapus

Mise en scène Pierre-Vincent CHAPUS

Narration, guitare Djeuhdjoah

Régie générale Mathieu Nogues

Création lumière Fantôme

Et 7 musiciens


Biographie
LAVEAUX MÉLISSA

LAVEAUX MÉLISSAAprès un premier album folk acclamé (Camphor And Copper, 2008), Mélissa Laveaux se réinvente, préférant à présent l’énergie plus sophistiquée d’une pop percutante et irrésistible. L’écriture, toujours aussi personnelle, est complétée par des rythmiques et des sonorités plus synthétiques surDyingIs A Wild Night. Née à Montréal en 1985 de parents haïtiens, Mélissa Laveaux grandit à Ottawa (Ontario). Dans la foulée de son premier album, elle s’installe en France où elle vit un choc culturel. Elle emprunte donc à la poétesse américaine Emily Dickinson, le vers « Dying Is A Wild Night And A New Road« . Rompre les amarres avec son pays était à la fois un déchirement et la promesse d’un nouveau départ. Le mouvement devient dorénavant un thème récurrent dans son travail. Mélissa qui s’éloigne mais en même temps se rapproche de sa famille, soudain une meilleure compréhension du parcours de ses parents émigrés s’amorce. Le mal du pays (Canada) se mêle au malaise de l’étrangère (en France) qui se met à puiser dans ses origines (Haïti, Afrique de l’Ouest). Mélissa compose son 3ème album pour le label NOFormat!. Elle sort un album de reprises de chansons haïtiennes datant de l’Occupation US (2017). Elle se produit sur scène avec le big band de jazz du saxophoniste Julien Lourau (2016-2017).


LIEU : 
 LE TARMAC 
LA SCÈNE INTERNATIONALE FRANCOPHONE
159 Avenue Gambetta 
75020 Paris
Métro : Saint-Fargeau
Tél : 01 43 64 80 80 (RÉSERVATIONS)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here