CAMELIA MONTASSERE / MITHKAL ALZGHAIR (Printemps de la Danse Arabe) – A L’Institut du Monde Arabe (Paris 5ème) – Vendredi 20 mars 2020 à 20H00

249
0
PARTAGER

Deux regards contemporains sur le monde arabe : de la danse orientale de Camélia Montassere aux questionnements sur l’exil de Mithkal Alzghair

 » Traversées » de Camélia Montassere (2019, 30’) |Auditorium

Un voyage rythmé à travers le temps de l’Homme parcourant les cycles de la vie et des états. Ici et ailleurs, création et destruction. Traverser les contrées, les époques, les émotions. Une plongée au cœur des mouvements contradictoires qui nous traversent et que nous traversons.

 D.R.

Camélia Montassere

Née au Maroc où elle débute une formation en danse classique Camélia Montassere poursuit en France un parcours sillonnant différentes pratiques corporelles allant du théâtre à la danse contemporaine. Sa rencontre avec la danse orientale lui ouvre un nouveau champ d’exploration des états du corps, du corps dans tous ses états.

Très vite, la scène l’accueille. Elle sera la danseuse attitrée de la doyenne du raï Cheikha Rimitti. Entre Orient et Occident, Tradition et Modernité, sa quête sans cesse renouvelée d’un langage qui permette au corps de se dire librement mêle improvisation et ondulations orientales, jusqu’à la transe.


 » Déplacement » de Mithkal Alzghair (2016, 55’) | Auditorium

 « J’ai éprouvé physiquement l’urgence du déplacement contraint, l’évasion, l’attente avant le départ, l’exil… Quitter un territoire construit par l’ensemble d’une communauté dont je faisais partie, a aussi supposé de quitter des habitudes, des relations, des engagements. Le changement de contexte a produit des effets (accidents, incidents, catastrophes…) qui m’ont forcé à me déplacer tant physiquement que corporellement, émotionnellement, intellectuellement… C’est cette idée de déplacement que je cherche à interroger dans cette création. Que serait le mouvement s’il n’était pas volontaire ? Quel est ce corps forcé de se mouvoir, ou de rester immobile ? Comment l’individu se resitue après un déplacement dans un nouveau contexte, lui imposant de réinventer son territoire, de le reconstruire, de se créer une nouvelle identité, pour peut-être devoir la quitter à nouveau ? C’est un processus de construction et de déconstruction permanente. Déplacement est centré sur le patrimoine de la culture syrienne, ses traditions et ses physicalités, sa transe, ses dynamiques et ses répétitions. J’essaie de comprendre d’où viennent ces danses traditionnelles, par quels processus d’imprégnation et de contagion de la réalité sociale et politique elles se sont construites » (Mithkal Alzghair)

 Laurent Philippe

Mithkal Alzghair (Syrie)

Né en 1981, Mithkal Alzghair est un chorégraphe et danseur syrien formé à l’Institut supérieur d’art dramatique de Damas et au Centre chorégraphique national de Montpellier Languedoc-Roussillon. Il a été interprète pour différents chorégraphes tels que Marie Brolin-Tani, Xavier Le Roy et Christophe Wavelet et a notamment collaboré avec la compagnie de théâtre italienne In-Occula, pour le projet européen CRACK. En 2016, il crée la compagnie HEK-MA et Déplacement, un solo et un trio qui questionne son héritage dans le contexte de l’exil. Ce spectacle a gagné le 1er prix du Concours Danse élargie 2016 organisé par le Théâtre de la Ville à Paris et le Musée de la danse / CCN de Rennes et de Bretagne. En 2017, son installation-performance Transaction questionne notre rapport aux images de la guerre.

Distribution

Chorégraphie : Mithkal Alzghair
Interprètes :  Rami Farah, Samil Taskin, Mithkal Alzghair
Conseils dramaturgiques : Thibaut Kaiser
Création lumière : Séverine Rième


Institut du monde arabe
1 Rue des Fossés Saint-Bernard
75005 Paris


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here