Expo : BENANTEUR, le chant de la Terre Peintures 1953-2011 – A L’Institut du Monde Arabe (Paris 5ème) – Du 13 sept. 2022 – 8 jan. 2023

13732
0
PARTAGER

À travers l’exposition Benanteur, le chant de la Terre, le Musée de l’IMA et le Fonds Claude et France Lemand entendent rendre hommage au grand peintre algérien et français Abdallah Benanteur (1931-2017), en déployant dans l’Espace des Donateurs un choix de ses somptueuses peintures les plus représentatives.

Dans le cadre de « 2022. Regards sur l’Algérie à l’IMA »

Benanteur, le chant de la Terre retrace le parcours de l’artiste-peintre Abdallah Benanteur : sa naissance à Mostaganem le 3 mars 1931, son éducation familiale algérienne, sa formation intellectuelle et artistique, son arrivée à Paris en 1953, l’énergie qu’il aura déployée tout au long de sa longue vie d’artiste pour atteindre son idéal : entrer dans l’histoire de la grande peinture européenne et universelle. Benanteur fut également un dessinateur, un aquarelliste, un graveur exceptionnel et l’auteur de très nombreux livres d’artiste.

Benanteur, le chant de la Terre entend témoigner de la fraternité et de la solidarité qui ont lié Abdallah Benanteur aux autres artistes et écrivains algériens, français et « parisiens » venus des quatre coins du monde après la Seconde Guerre mondiale, dans ce Paris des débats esthétiques et politiques houleux et des échanges cosmopolites si favorables à la créativité – ce, malgré les périodes difficiles qu’il a traversées du fait de ses origines algériennes et de sa condition sociale modeste.

Avec un corpus de 418 œuvres, la collection Benanteur du musée de l’Institut du monde arabe est devenue exceptionnelle, grâce à la donation qui lui a été consentie en 2018 par Claude et France Lemand, collectionneurs passionnés des artistes du monde arabe et des diasporas, et plus particulièrement de toutes les périodes de l’œuvre multiforme de ce grand créateur. Restée trop longtemps dans l’ombre d’une histoire tourmentée, il est temps qu’elle rayonne à partir de Paris, dont il avait fait en 1953 sa capitale de vie et de création.

Des visites, conférences, rencontres et publications analyseront le contexte historique, social, économique et esthétique de production de chacune des périodes du long parcours de l’artiste et étudieront les œuvres dans ce qu’elles ont de contingent, d’unique et d’universel. A travers la vie et l’œuvre de cet illustre artiste algérien des deux rives, elles s’efforceront de participer au dialogue des mémoires et de contribuer aux récentes recherches sur les multiples facettes de l’histoire des arts visuels en Algérie et dans ses diasporas.


LIEU : Institut du monde arabe
1 Rue des Fossés Saint-Bernard, 75005 Paris

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here