Expo : « PEAU INVERSÉE » de AYA BENNACER – A L’Institut Français d’Alger (Algérie) – Du 10 au 30 sept. 2022

13120
0
PARTAGER

La peinture d’Aya Bennacer est troublante. Elle ne peut pas laisser insensible tant elle suscite chez le visiteur des sensations contradictoires : compassion, dégoût, impuissance, désarroi ; au premier regard le malaise est là et nous ne savons ni où ni comment nous situer. Et puis peu à peu, sa parfaite maîtrise de la technique, impressionnante pour une totale autodidacte, prend le dessus et fascine, comme des viscères impudiquement exposés, témoins d’existences malmenées et d’horizons faits de promesses non tenues.

Lorsque j’ai rencontré Aya Bennacer pour la première fois, ce qui m’a marquée c’est la manière dont son regard, et tous ses gestes s’animaient à l’évocation de son travail de peintre ; c’est le désir de donner à voir ses œuvres, qui emplissait l’espace et ne me laissa pas indifférente.

C’est, plus tard, son hospitalité qui m’a touchée lorsque je suis allée lui rendre visite dans sa maison familiale près de Batna, lorsqu’elle m’a ouvert la porte de la petite pièce spartiate et austère où elle concentre son inspiration. Un triangle, peint dans l’arête de deux murs, accroche le regard, quelques œuvres discrètes prennent place çà et là, deux lits – car c’est ici également qu’elle dort avec sa sœur, artiste dessinatrice elle aussi – et les personnages qui cohabitent son monde vous invitent généreusement. Bennacer se saisit d’un pinceau comme d’un porte-voix, comme l’extension d’une bouche, cette bouche qui tantôt disparaît, tantôt demeure mutique, comme soudée, des visages qu’elle peint, comme si ses personnages s’étaient résignés au silence, dans une réalité où il y a tant à dire, mais où la parole est, au mieux vaine, au pire condamnée. Le mutisme est une constante dans la peinture d’Aya Bennacer. Qu’il soit l’allégorie d’une humanité ou le révélateur d’une infirmité, il raconte et rapporte, à travers les regards, les émotions qui traversent la jeune peintre. En regard, une interrogation germe chez le spectateur : à quoi choisissons-nous d’être sourd ?

Pour cette première exposition, Aya Bennaceur a choisi des œuvres qui la structurent, comme les vertèbres interreliées qui soutiennent cette colonne vertébrale, se font nécessité au reste de ce corps disloqué (Whole), torturé, évoquant les danses macabres dans l’art du Moyen-Âge. Telle une Vanité fièrement exposée, elle questionne notre humanité et l’éphémère condition de l’existence, cette pulsion miraculeuse qui retient la vie dans le corps représenté. À ce sujet elle dit : « J’ai longtemps retardé l’échéance. Les créatures se faisaient de plus en plus nombreuses, elles s’agitaient dans ma tête, fouillaient dans mes souvenirs, parlaient, commentaient, jugeaient, elles vivaient en moi, dans ma pauvre tête… Et je ne voulais pas qu’elles y meurent. Alors, j’ai un jour décidé de les libérer, de me libérer. » C’est donc ici à un acte de libération que l’on assiste.

Nous sommes très honorés qu’Aya Bennacer ait choisi l’Institut français de Constantine pour ce moment essentiel et fondateur de sa démarche d’artiste.

Charlotte Aillet Directrice de l’Institut français de Constantine  

Aya Bennacer, artiste peintre

Aya Bennacer est née en 1997 dans un petit village près de la ville de Batna en Algérie. Elle a depuis toujours développé une passion pour les arts et la culture. Très jeune déjà elle choisit de s’évader dans l’univers de la littérature où elle trouve sa place, loin d’un monde qui lui semble, déjà à l’époque, particulièrement hostile. Après un baccalauréat technique, elle poursuit à l’ENS de Constantine des études supérieures en langue et littérature françaises, renforçant ainsi le lien déjà solide qu’elle entretient avec les lettres et la philosophie. En 2019, un besoin d’expression irrépressible la pousse vers les arts plastiques, et la peinture en particulier, point de départ de sa pratique d’artiste autodidacte.

Au début, son art est une description de ses lectures, dont elle extrait des images.

C’est ainsi qu’elle commence par dessiner des portraits, de Michel Foucault, Franz Kafka ou Vladimir Lénine enfant, des philosophes et auteurs qu’elle idolâtre. Avec le temps et la pratique, elle commence à développer une vision et une expression du monde propres à elle.

Ainsi sa peinture évolue et sa technique mûrit.

Aya Bennacer est également musicienne et chanteuse, et c’est particulièrement dans le blues et le jazz qu’elle se complait. Elle fait aussi de la sculpture et crée des bijoux.



Lieu : INSTITUT FRANÇAIS D’ALGÉRIE
7 rue Hassani Issad
Tél : (+213) 21 73 78 20 / Courriel : contact.alger@if-algerie.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here