BLACK BAZAR – Ils mettent la bazar au Studio de l’Ermitage

1316
0
PARTAGER

BLACK BAZAR    

Merci de patienter pendant le chargement...

Grand Bazar au Studio l’Ermitage

Ils sont de retour ! Après la sortie de leur dernier album le 5 mars dernier, les membres du groupe Black Bazar ont débarqués à l’Ermitage, dans le 20ème arrondissement de Paris. Vendredi 8 février, ils ont enflammés la scène du studio le temps d’une soirée, dirons-nous, « Caliente » !

C’est une musique pure qui les unies. Une musique spontanée, qui donne envie de danser. Une musique qui apporte de la chaleur et qui pousse aux rencontres. Une musique hors du commun, qui à une histoire à raconter. Une musique comme il n’y en à plus aujourd’hui.

Du live.

Quand les « Black Bazar » arrivent sur scène, les spectateurs sont subjugués par leur présence. Attendant leur arrivée depuis quelques minutes, tous sont impatients de les découvrir une nouvelle fois sur scène. Le Studio l’Ermitage baisse les lumières dans la salle. Seuls les artistes sont éclairés sur scène. Ils sont huit. Et d’un coup, ils envahissent les planches. Dès les premiers instants, la joie est présente. Les quatre chanteurs tapent dans leurs mains. Le public est tout de suite entraîné. La musique envahie les âmes et les corps présents dans la salle. Si elle avait un pouvoir, ce serait celui d’unifier. Les quatre chanteurs dont CNN Alligator et Modogo Abarambwa, accompagnent les « Ambianceuses » ! Comme leur nom l’indique les trois danseuses du groupe ambiancent toute la salle du Studio ! Elles suivent, avec leurs corps, les rythmes des percussions de Simolo Katondi, de la guitare de Popolipo Beniko et de la basse de Michel Lumana. C’est un show à part entière que le groupe offre à son public. Un public qui danse aussi. Qui échange et partage surtout. Tous réunit autour d’une même passion : la rumba Congolaise. Les minutes défilent à une vitesse fulgurante. Les spectateurs profitent de chaque instant si précieux pour lever les bras et échanger quelques pas de danse. Ils essaient de suivre les chorégraphies des artistes mais aussi de laisser leur corps porter par la musique. Une soirée enflammée qui donne envie de rester toute la nuit au studio l’Ermitage.

Pas de panique pour ceux qui aurait loupé ce rendez-vous. Les Black Bazar reviennent dans le 20ème arrondissement le 19 avril 2013.

Sur les rives du fleuve Congo

La rumba Congolaise est née sur les rives du fleuve Congo près de Brazzaville. C’est elle qui rythme l’Afrique depuis les années 1960. Pourtant, elle reste peu connue dans les continents voisins. Les Black Bazar n’ont pas dit leur dernier mot. A travers des sonorités, des chansons, et leur culture, ils transmettent au public cette musique africaine. De tous les âges, les membres sont là pour une belle raison : donner à leurs spectateurs un show dont ils se souviendront ; marqué les esprits de cette culture congolaise qui, avec le temps, à tendance à se faire oublier. Les Black Bazar c’est donc aussi une histoire.

Un groupe, un écrivain

Les black Bazar ne sont pas de simples musiciens. Ils apportent tous, dans leurs chansons, une part de leur histoire. Mais surtout, une part de l’histoire du romancier Alain Mabanckou, auteur du roman éponyme « Black Bazar ». Ils ont le même nom, il raconte une même histoire. Pendant que l’un l’écrit les autres la chante.

Publier en 2009, le roman Black Bazar est la base de la naissance du groupe. Alain Mabanckou conte l’histoire qu’on pourrait qualifiée de banale, d’un congolais arrivé en France. On y parle de la France vu de l’autre côté. Cette France aperçue par ces africains arrivés après un long voyage. On y voit, à travers les yeux du héro, de la jalousie, de la médiocrité, et du désespoir. Pourtant ce livre est bien plus qu’un simple roman. Il donne à ses lecteurs l’envie d’en savoir plus sur cette France venue d’ailleurs. A travers la rumba congolaise, ce roman a ouvert une porte musicale aux artistes qui aujourd’hui forment les Black Bazar. De là, est née, une magnifique rencontre entre un écrivain et des grands noms de la musique africaine.

Depuis sa création, le groupe à enregistrer un premier album, toujours en vente. Un album pas comme les autres puisqu’il à été enregistrer dans des conditions du live ! C’est une touche unique qui plaît beaucoup aux fans. En dehors de la musique, ces derniers adorent cette ambiance si particulière que le groupe repend.

Eléonore Pascolini

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here