SAY WATT ? le culte du SOUND SYSTEM – à La Gaité Lyrique (Paris 3ème)

10049
0
PARTAGER

SAY WATT ? le culte du SOUND SYSTEM  

Merci de patienter pendant le chargement...

La Gaîté Lyrique de Paris présentait depuis le 21 juin 2013 l’exposition Say Watt – Le culte du Sound System. Photos, musiques et installations diverses émerveillent et impressionnent les visiteurs.

Amateurs d’expositions qui sortent de l’ordinaire? Say watt est faite pour vous ! Première installation : une chambre sonore immaculée aux murs molletonnés et aux lumières bleues. Le public est directement plongé dans l’univers du sound system et ce, grâce aux nombreux haut parleurs de la chambre qui battent chacun leur tour la mesure. Une sorte d’avant-goût réussi qui donne aux visiteurs l’impression qu’ils n’existent plus que pour la musique qu’ils entendent.

Mais, qu’est-ce que le sound system? Avant d’aller plus loin, une petite rétrospective s’impose. Le sound system c’est ce que l’on peut appeler la sono transportable, une véritable révolution dans la façon d’écouter de la musique. Celui-ci s’est surtout généralisé pendant les années 1950 dans les rues de Kingston. A l’époque, les djs installaient de grosses enceintes au beau milieu des rues pour créer des pistes de danse improvisées. Tout le monde pouvait alors faire la fête et profiter de leur musique. Deux hommes se firent rapidement un nom dans ce domaine: Clément « Coxsone » Dodd, futur producteur de Bob Marley et des Wailers, et Duke Reid. Commençant par du r’n’b américain, les djs ont ensuite diffusé des musiques plus typiques de leur pays. Le ska est alors apparu. Quelque temps après, avec l’immigration des jamaïcains, le sound system s’est exporté vers d’autres pays et les musiques se sont davantage diversifiées. Différents styles sont alors nés: le rocksteady, le reggae, le dub, le ragga, ou encore la drum’n’bass.

Parenthèses fermées, retour à l’exposition. Après la fameuse chambre sonore, c’est un dédale d’affiches et de tracts vantant la programmation des premiers sound system qui s’offre aux visiteurs. Un parfait moyen de remonter le temps pour se rendre compte de la réalité de ces premiers sound system. On remarque alors qu’ils étaient nombreux et qu’ils ne restaient pas dans l’ombre. Ils avaient déjà un certain poids dans la vie des gens de l’époque et dans leur pays d’origine.

Tout au long de l’exposition, l’œil du visiteur est sollicité de toutes parts. Des figurines, des enceintes de toutes tailles, des pochettes d’albums, des projections vidéos… tout attire l’attention du visiteur et retrace l’histoire du sound system.

Dans une pièce obscure, un effet  » écran gigantesque » surprend. Et pour cause ! Trois de ses murs projettent des images en format géant. Ces murs sont en fait un assemblage d’écrans combinés ensemble pour offrir l’image la plus grande possible. Le mur central de la pièce propose un film sur le reggae pendant que les deux autres (de part et d’autre du mur central) simulent la présence d’imposantes enceintes. Ainsi, la musique est également diffusée à un niveau très élevée car il ne faudrait pas que celle-ci soit en reste face aux énormes écrans qui impressionnent le spectateur. Ce dernier ressort de cette salle marqué par cette brève immersion dans le monde du reggae et imprégné par la mélodie du film.

Mais c’est un igloo fait entièrement à partir d’enceintes qui reste l’installation la plus fun et la plus intrigante. Des enceintes de toutes tailles et de tout format le composent. Elles sont toutes agencées les unes contre les autres et offrent un spectacle saisissant. Celles-ci changent d’ailleurs la couleur de l’igloo. Celui-ci n’est plus tout blanc et traditionnel mais joue plutôt sur les tons noirs et marrons.

De l’extérieur, seuls les dos des enceintes sont perceptibles. C’est à l’intérieur que tout se passe. Là, quatre places munies d’un micro attendent le prochain visiteur. Un fois confortablement installé sur l’une de ces places, le visiteur peut attraper un micro pour s’essayer aux vocalises. Il se rend alors compte que les enceintes font résonner ses dires dans toute la salle.

Une installation qui connait un véritable succès étant donné que tout le monde cherche à y laisser son empreinte vocale. Des cris et des sons en tout genre ressortent alors de cette maison un peu spéciale.

Say Watt, une exposition dans l’air du temps qui sait captiver de part sa variété. Tout le monde y trouve son compte même les novices en matière de sound system.

Catia Pereira Fernandes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here