JACK DJEYIM en concert au Satelitt Café – Paris

2279
6
PARTAGER

Dès l’enfance, initié aux rythmes traditionnels par son père, c’est dans le « pays Bamiléké » que Jack Djeyim prend son inspiration.
En 1977, il débute sa carrière professionnelle à Bafoussam, au Club de la Payotte, avec le groupe Sapho Brothers. Très rapidement, le groupe se tourne vers le Nigeria pour poursuivre son ascension.
Pendant cinq ans, les Sapho Brothers se produisent au Meeryland Night Club. À force de travail, Jack tire toute la quintessence de sa guitare. Il se nourrit pendant cette période de l’influence musicale anglophone du Nigeria. Jackson Brown, Barclay harves James, james Taylor, Elton John, Cat Stevens et Bob Marley commodores,kool and the gang sont ses repères, tandis que l’Anglais apparaît peu à peu dans son répertoire…
Cette détermination professionnelle permettra à Jack de vivre des rencontres musicales enrichissantes avec des artistes comme Geraldo Pino, Sony Okusun, Fèla Ransome Kuti, Third World…
tony okoroji.
En 1984, Jack Djeyim quitte l’Afrique. Sa destination pour la France, c’est la décision de commencer une carrière solo. C’est aussi ses premières expériences d’auteur compositeur.
En 1987, l’album Cherry Coco, qui résume son aventure africaine, sort en Afrique. C’est l’époque d’une intense remise en cause face à une profession exigeante, qui le conduit à reprendre les études musicales à l’IACP. Jack ambitionne en effet d’acquérir l’aisance nécessaire, pour s’intégrer dans le «melting-pot musical» parisien.
En 1989, remarqué par le talentueux guitariste Slim Pezin, il sort son deuxième disque Le Marabout, album de la mutation, comme il aime à le désigner.
Le Marabout donne à l’artiste la mesure du chemin parcouru. Insatiable, Jack Djeyim enchaîne également des tournées avec des artistes comme Sam Fantomas, Tshala Muana, Sony Bamba, Bod Guibert, Moni Bile, Mbamina, Abêti Massikini…
En France comme en Europe, Jack Djeyim devient peu à peu une valeur montante de la World Music. Il fait de nombreuses scènes et notamment en 1996, il participe à Pans avec Jean Peen au Dance Machine du Zénith. Reconnu comme l’un des grands guitaristes de sa génération, il a participé dernièrement à l’album de Manu Dibango.
Avec la sortie de son nouvel album, l’année 1995 marquera une étape importante dans la carrière de Jack Djeyim. Dance around the Fire est sans nul doute l’album de la maturité. C’est l’album d’un artiste en pleine communion, avec sa guitare, doté de la force nécessaire pour porter au public des textes profonds : ballade dans l’enfance, fête au village, portrait d’une Afrique qui affiche l’espoir, la tradition la fierté, mais aussi l’humanité.
On retrouve là les valeurs que défend l’artiste. Loin des feux de la rampe, solitaire et exigeant, pour une carrière construite sans compromis ; il est avant tout un artiste authentique. Dance around the Fire, c’est aussi un rendez-vous musical, puisqu’une trentaine de musiciens se sont regroupés pour apporter une couleur subtile et chaude à ce dernier album.
«J’ai pu travailler dans des conditions exceptionnelles», se plaît à se souvenir Jack Djeyim.

DISCOGRAPHIE
• CHERIE COCO (1987 / ESPACE TROPICAL)
• LE MARABOUT (1989 / BUDA MUSIQUE – MELODIE)
• DANCE AROUND THE FIRE (1997 / CROSS OVER – BELGIQUE)
• SHOW ME THE WAY (2009) djeyprod

FESTIVALS
• Mondial Folk Chuide in Bellezza (Palerme – Sicile)
• La Feria de Nîmes (France)
• Festival de Cologne (Allemagne)
• festival couleur café(belgique bruxelles)
• expos universelle d’hannover (2000)

VOYAGE AVEC LA GUITARE DE DJEYIM…
« Autour de la guitare… », on pourrait ainsi définir le nouveau projet du musicien camerounais Djeyim.

Après trois albums enregistrés en France à partir de 1987 et d’une carrière démarrée à Bafoussam, dans la région natale de ses parents, Jack Djeyim a su se faire apprécier par les grands de la World Music : Manu Dibango, Abêti Massikini, Sorry Bamba, Tshala Muana, Busi Muhlongo, Cheik Lo, Sam Tshabalala, Brice Wouassi, Cheik Tidane, Sam Fantomas, Sekou, Geraldo Pino, Down Peen, André Marie Tala, Ekambi Brillant, Bernard Lavilliers, Princesses Erika, Lâm, Amina, chaine de l’espoir et autres. Le guitariste né à Douala réalise le rêve qui habitait depuis quelque temps son esprit : un album presque entièrement instrumental, partagé en deux volets distincts et arrangés autour du jeu de sa guitare électrique, inspirée, généreuse.

Grâce à une section acoustique et à une autre plus orchestrée, avec instrumentation électrique et batterie, cet auteur compositeur, formé à l’école de la tradition autant qu’au Conservatoire, nous rend deux univers aux contenus émotionnels variés, dans lesquels on entre de plein-pied, comme dans une étonnante sarabande aux ouvertures inattendues.

Le goût de l’harmonie classique, l’improvisation du jazzman, les atmosphères nostalgiques du Sahel ou les polyrythmies saccadées de l’Afrique centrale se résument dans un style afro-jazz-fusion, ou les influences diverses ne dénaturent pas l’atout principal de cet artiste inclassable : un phrasé assez original, avec un picking bien reconnaissable par la maîtrise des accords et la sincérité expressive qui l’éloigne de toute attitude cérébrale.

On retrouve dans ses compositions éclairées par un savoir-faire paraissant parfois sans limites, les ambiances oniriques du rocker aux élans débridés ou la mélancolie vibrante des bardes mandingues.

Par la combinaison audacieuse de la mélodie classique avec la prouesse ternaire, Jack Djeyim brouille les frontières de la musique et nous suggère la proximité des sentiments mus par les mêmes désirs de paix et de bonheur que les humains partagent d’un bout à l’autre de la planète.

Comme dans la section orchestrée, lorsque la fièvre high-life s’éteint doucement dans les notes bluesies suivies par des accents country…

INFLUENCES:
Jackson Brown, Barclay James Taylor, Elton John, Cat Stevens et Bob Marley.

6 Commentaires

  1. encore une occaz de venir appreçier l’etendue generosité d’un musicien unik avec un son unik et une generosité ô si large et infini …Jack djeyim , »dance around the fire,Bangoulap,nzuimanto,,,,, »;JUST VENIR ET DECOUVRIR!!!!!!

  2. C’est dommage que tu sois né dans un pays ingrat comme le Cameroun qui ne reconnait pas le talent de ses dignes fils, qu’importe l’art est universel… »La banane qui doit murir même si c’est dans l’eau ça va murir! »
    Cher Jack du courage!

  3. SALUT C4EST DIFFICILE DE DONNER UN AVIS A CHAUD ? MAIS COMME TU ME DEMANDE VOICI MA REMARQUE SUR LE PREMIER MORCEAU IL Y A PAS DE CYCLE DE BASE, il suffit d’ajouter QUATRE NOTES SUR LA GUITARE ET CA SERA BON MERCI ET PORTE TOI BIEN CLAUDE DOSSO

  4. This is some really great music. It’s not just one type, it’s a mix of Jazz, African music, and European music. I really enjoyed this and will be sharing it with my friends. Thanks to Sud Plateau who shared this with us here in the USA. Brother, continue on with the good work.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here