PALABRES AUTOUR DU ROMAN : « Le terroriste noir » de TIERNO MONENEMBO

87
0
PARTAGER
Loading the player...
 
Résumé :  TIERNO MONENEMBO Le terroriste noir

Le terroriste noir par Monénembo

Le Terroriste noir est une fiction construite autour de la véritable histoire, aussi méconnue qu’extraordinaire, d’Addi Bâ. Addi Bâ est un jeune Guinéen né vers 1916, adopté en France à l’âge de 13 ans, et qui, devenu soldat pendant la Seconde Guerre, est affecté dans le 12e régiment des tirailleurs sénégalais.

Capturé après la bataille de la Meuse, Addi s’évade, erre dans les forêts, avant d’être recueilli par le maire du village de Romaincourt. Élégant et mystérieux, à la fois austère et charmeur, il y fera sensation, mais ce n’est qu’un début : en 1942, il entre en contact avec la Résistance et crée le premier maquis des Vosges. Les Allemands le surnommeront « le terroriste noir ».

L’affaire est racontée 60 ans plus tard, dans un français mâtiné de patois vosgien, par celle qui n’était qu’une jeune fille à l’époque ; c’est chez ses parents que le tirailleur venait écouter Radio-Londres,c’est chez eux qu’il prenait ses repas et faisait laver son linge. Qui a trahi Addi Bâ ? Une de ses
nombreuses amantes ? Un collabo professionnel ? Ou tout simplement la rivalité opposant les Tergoresse et les Rapenne, deux familles aux haines séculaires ?

Parce qu’il était noir, ce combattant de la France libre n’a reçu la médaille de la Résistance qu’en 2003, soit 60 ans après son exécution..


 Biogrqphie : 

Tierno Monénembo (de son vrai nom Thierno Saïdou Diallo, né le 21 juillet 1947 à Porédaka en Guinée) est un écrivain guinéen francophone. Il a rejoint la France en 1973 afin de poursuivre ses études. Il est nommé docteur ès sciences après avoir présenté une thèse en biochimie à l’université de Lyon. Il a par la suite enseigné au Maroc et en Algérie. Il reçoit le Prix Renaudot pour son roman Le Roi de Kahel en 2008.

En 1969, il quitte la Guinée, fuyant la dictature de Ahmed Sékou Touré, et voyage de pays en pays (Sénégal, Côte d’Ivoire). Il a rejoint la France en 1973 afin de poursuivre ses études. Il est nommé docteur ès sciences après avoir présenté une thèse en biochimie à l’université de Lyon. Il va par la suite enseigner au Maroc et en Algérie. Il publie son premier roman en 1979.

Ses romans traitent souvent de l’impuissance des intellectuels en Afrique, et des difficultés de vie des Africains en exil en France. Il a récemment consacré un roman aux Peuls et une biographie romancée à Aimé Olivier de Sanderval, un aventurier et explorateur français, admirateur de leur civilisation et devenu un « roi » Peul.

En 2012, il revient avec « Le terroriste noir » au Seuil, qui reçoit de très bonnes critiques et reçoit le prix du roman métis 2012.

Il a vivement critiqué le coup d’État militaire du 23 décembre 2008 en Guinée ayant porté au pouvoir la junte menée par le capitaine Moussa Dadis Camara, juste après la mort du président Lansana Conté, qui dirigeait le pays d’une main de fer depuis 1984.[réf. nécessaire] Resté relativement discret en 2009, tant sur le plan politique que littéraire, jusqu’au massacre de plus de 150 civils par l’armée le 28 septembre à Conakry, il écrit alors une tribune publiée dans Le Monde et intitulée « La Guinée, cinquante ans d’indépendance et d’enfer » pour condamner cette tuerie et appeler la communauté internationale à agir.

En 2015, Tierno Monénembo publie le roman « Les coqs cubains chantent à minuit » aux éditions du Seuil.

Source : wikipédia

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here