ROAD TO MUSIC 3 : « Un passeport insoumis à l’impossible »

1169
0
PARTAGER

Merci de patienter pendant le chargement...
On ne se rend pas à un concert intitulée « Road to music » sans une certaine curiosité. Si plus est l’événement s’inscrit dans un projet général opportunément désigné « DOMTOM PROCESS », la curiosité peut vite se muer en coupable apriori.

Le 1er décembre, à l’heure des JT sur les chaînes de télévision, Le Club de la Bellevilloise, dans le 20è arrondissement de Paris accueillait, une palette d’artistes pour une promenade initiatique tout en musique.

Le dossier de presse avait été suffisamment énigmatique pour être alléchant : « Cet événement se veut comme un passeport insoumis à l’impossible », promettaient les organisateurs.

L’enjeu était de taille. Rendez-vous donc au sous-sol de la Bellevilloise. Pour ce troisième volet de Road to music, trois artistes, Amethys, Patrice Hulman et Jimmy Desvarieux inauguraient le voyage en dévoilant leur propre paysage métissé, fait de soul créole.

Alors qu’on s’attendait à tomber sur un auditoire rachitique, préférant au froid hivernal la vingtaine de chaîne de la TNT, on est heureusement surpris : une centaine de personnes assistent au concert. Des jeunes au look étudiants, aux plus âgés à l’allure jeune cadre dynamique. Rien donc à voir avec un public d’initié.

Sur la scène, l’artiste « phare du jour » Pytshens Kambilo, a pour mission de conduire l’imaginaire du public sur les routes de la musique entre la France et son Congo natal.

Autant le dire tout de suite : nous n’avons pas tout compris. Mais nous avons aimé. Le « Ndoa », langue inventée par Pytshens Kambilo, pour porter ses textes nous est restée étrangère. En revanche, ce mélange des sonorités et de couleur rumba, Ndombolo et Jazz que laisse sourdre sa musique nous a davantage parlé. Tout comme le mélange des influence Pop, Soul, Créole, Jazz, Gnawa et Blues du duo Améthys formé par Corine Pierre-Fanfan et Marco HumanMusician, deux âmes métisses de Paris, Guadeloupe, Martinique et Tunisie.

Notre oreille a même vibrée aux expériences de l’univers électro adapté acoustique de Miss Wonder, l’invitée surprise qui a ouvert la soirée, venue tout droit de la Norvège.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here