CHEIKH SIDI BEMOL : Un grand melting pot au Studio de L’Ermitage

564
0
PARTAGER

CHEIKH SIDI BEMOL

Le 27 juin dernier Hocine Boukella et son groupe Cheikh Sidi Bémol se produisait sur la scène du Studio l’Ermitage dans le XXème arrondissement parisien afin de présenter leur dernier album Âfya.

CHEIKH SIDI BEMOLFormé en 1992, Cheikh Sidi Bémol a rapidement reçu l’appellation Gurbi-Rock, une sorte grand melting pot de cultures, d’influences, d’origines, de références. Le groupe est indéfinissable. Tantôt rock, tantôt blues, tantôt traditionnelle algérienne, sa musique est extrêmement variée. C’est ce qui fait sa force et l’assurance pour le public de passer un bon moment. « Je les connais depuis longtemps, je les ai découvert en Algérie, et je sais que c’est un groupe plein de surprises, alors même si je pense savoir à quoi m’attendre, il nous réserve peut-être une surprise » déclare un homme d’une trentaine d’années, quelques minutes avant d’entrer dans la salle du Studio l’Ermitage. Et en effet, la surprise était là.

Cheikh Sidi Bémol, jamais seul.
C’est la troupe Dhoad, les Gitans du Rajasthan, qui chauffe la salle, le public, à grands coups de tam-tam, de castagnettes, et de chansons typiques de leur pays. Un début de concert à l’image du groupe : un grand mélange. C’est d’ailleurs le fil rouge du disque. « Cet album est une rencontre avec des artistes yougoslaves, turcs, et c’est ce qui fait qu’il est si particulier » explique Hocine Boukella. Un album qui, sur scène, transporte les spectateurs du Rajasthan à l’Algérie, et mixe tous les styles musicaux. Pour les fans, c’est un concert envoûtant, dansant, divertissant. « Ça donne la pêche, c’est aussi pour ça que j’aime Sidi Bémol » lance fièrement une femme proche de la cinquantaine. La pêche, les musiciens la propose avec des rythmes endiablés, le chanteur la transmet avec une voix puissante et mélodieuse, le public la reçoit. Debout à quelques centimètres de la scène, frappant dans ses mains, dansant, l’ensemble des spectateurs apprécie et le montre.
Un concert orchestré de main de maître par l’ensemble du groupe et la troupe du Rajasthan pour promouvoir un album Gurbi-Rock ressemblant comme deux gouttes d’eau à la philosophie de Cheikh Sidi Bémol ; le mélange.

Aurélien Barbet

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here