« FACES CACHEES », les secrets du Chili- A La Maison de l’Amérique Latine (Paris 7ème)

556
0
PARTAGER

FACES CACHEES    

Merci de patienter pendant le chargement...

Faces cachées : photographies chiliennes est une exposition réunissant le travail de six photographes chiliens à la Maison de Amérique latine (7ème). L’exhibition permet au public de découvrir à la fois les petits trésors insoupçonnés du Chili et les artistes pour la plupart méconnus qui ont permis à cette exposition de naître.

https://i0.wp.com/www.sudplateau-tv.fr/wp-content/uploads/2016/01/163417-02-11_expo_chili_c_p_rez_1170.jpg?resize=613%2C348

Zaida González, Alejandro Hoppe, Álvaro Hoppe, Luis Navarro Vega, Claudio Pérez, Leonora Vicuña. Six artistes aux parcours personnels divergents et qui pourtant s’allient intelligemment dans cette exposition à la Maison de l’Amérique Latine. Faces cachées est une exhibition élégante et poignante, qui met en avant la beauté et la richesse culturelle d’un Chili stupéfiant.
Les artistes fournissent un travail engagé. Ils sont tous chiliens, et ils ont tous vécu à leur manière les histoires d’un Chili qu’ils représentent dans toute son intimité. La religion, la société, la dictature et l’érotisme sont les thèmes abordés.
Les styles se mélangent en une myriade de couleurs et de clichés saisissant. Leonora Vicuña, Luis Navarro et Claudio Pérez ont un style classique. Ils photographient principalement les peuples laissés de côtés alors qu’ils appartiennent au patrimoine culturel du Chili. Ils immortalisent les rites quechuas, tsiganes et mapuches.
Zaida González est beaucoup plus axée sur la sexualité et l’émancipation de la femme. Le commissaire de l’exposition, Patrice Loubon, décrit son travail comme représentatif d’un « Chili underground et transgressif ». Ses clichés colorés attirent l’œil de loin.
Les frères Hoppe s’appuient sur les années 80, montrent le peuple chilien en colère, en révolution, où les opposants au régime autoritaire de Pinochet tentent de se faire entendre. Au sein même de la série de photographies, le visiteur peut observer des clichés singulièrement différents. On passe de l’élection de Miss Chili 1987 à une manifestation contre la torture.

Une terre pluriculturelle
L’exposition joue sur la diversité. Le public est amené à s’instruire sur l’histoire du Chili. Toute la population de ce pays est représentée. Les photographes nous apprennent que les citoyens se sont battus pour leur pays. Certains sont même morts pour lui, comme le prouvent de grandes représentations d’hommes incarcérés et morts en captivité.
L’exposition est divisée, dédiant une partie propre à chaque artiste. Seuls les frères Hoppe sont exposés ensemble. Elle est également divisée en « séries », telles que la série nécrose ou la série rites quechuas.
Faces cachées révèle qu’il n’y a pas UN Chili mais une multitude de secrets qui ont construit le pays. Plusieurs identités ont créé l’identité chilienne.
L’exposition dure jusqu’au 30 avril 2016.

Shelina Scaravelli

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here