LES LECTURES DE GANGOUEUS – Invité : SEMOU MAMA DIOP, «Les flammes de Nder»

10187
0
PARTAGER
SEMOU MAMA DIOP
Merci de patienter pendant le chargement...
Chronique de Gangoueus

En 1820, un groupe de femmes s’est immolé à Nder, dans le nord du Sénégal, au coeur du Royaume de Walo. Un acte de résistance, un acte de folie, un refus absolu de tout compromis engageant la liberté de ces femmes, ces mères, ces épouses. Contre les razzias. Contre la victoire d’esclavagistes maures pouvant disposer de leurs corps, de leurs vies. En 1820…

Etat des lieux
Nder aujourd’hui. Nous sommes dans une grosse bourgade de l’arrière pays sénégalais. Sémou MaMa Diop donne corps à des personnages très divers qui font la joie, la vie de cette petite ville. Joies, peines, dissensions, aigreurs. Ces personnages sont souvent jeunes, tentant de se débrouiller par tous les moyens. Tenancier de bar, homosexuel, directrice d’école, femme indomptable, commerçant nomade, observateur, Bambara, femme sirène, mamiwata, cancre aigri, fondamentaliste, délinquants notoires, racketteurs, immigré refoulé ou désappointé, devenu alcoolique… La liste des personnages est assez longue. On les découvre plus ou moins sous la plume de l’écrivain Sénégalais. En arrière-plan sinon en parallèle, des mouvements militaires dangereux se déploient dans la région. Après avoir conquis une partie du Mali, des milices djihadistes s’installent au sud de la Mauritanie. Délitement de la communauté. Les rapports se tendent. Les convoitises s’affichent. Les premières ruptures éclatent. Frontalement. Un parricide. Une fuite. Un foyer d’accueil de l’autre côté de la frontière pour les rénégats et les parias. Des compromis. Des compromissions. Les hommes sont parfois dignes, souvent lâches. Mais le texte traduit une forme de lassitude de ces derniers. Par contre, le regard des femmes est quant à lui différent même si la menace djihadiste se fait plus précise. Elles sont habitées, profondément résolues à résister. A quoi, le lecteur ne le sait pas. Et c’est tout l’enjeu de la lecture de ce roman.
 
Les flammes de Nder ou l’héritage de la résistance
Il y a dans la littérature produite sur la question de la montée de l’islamisme politique et militaire dans le Sahel, la récurrente question de la résistance. Ousmane Diarra avait exprimé ce point par le biais de ce père artiste qui refuse toute forme de compromis avec les nouveaux occupants. Dans le film d’Abderahmane Sissako, Timbuktu, elle prend la forme d’une jeunesse résolue à ne pas abdiquer avec les interdits. Souvenez-vous de cette partie de football sans ballons, tous crevés par les djihadistes. Mbougar Sarr initie, lui, plusieurs fronts de résistance : celles des élites, des artistes ou des femmes. L’originalité du propos de Sémou MaMa Diop est dans l’évocation d’une histoire de la résistance en ces terres arides, esseulées du nord du Sénégal. 1820. Dans le fond, les ressources pour face sont là, encore faut-il avoir conscience de cet héritage. Les actes historiques sont très peu narrés en littérature africaine. C’est une dimension très intéressante de l’ouvrage très courageux de ce jeune romancier Sénégalais. Le fait que ce soit des femmes qui se lèvent à un sens profond. En lisant ce texte, j’ai pensé au calvaire des femmes de l’est de la RDC depuis 20 ans. Ces femmes de Nder anticipent sur le mal qui vient.
 
Quelques lacunes
Parce que cet héritage du passé mérite d’être creusé, mis à nu, on peut regretter le fait que le texte nous laisse sur notre faim. Sémou MaMa Diop n’use pas de tous les artifices littéraires et des possibilités qu’offrent certains personnages forts de ce roman, en capacité d’incarner le discours, la transmission de cet héritage. On peut regretter aussi l’absence de relecture des faits passés. C’est une reproduction mécanique de ce qui a été déjà fait. Le sucide collectif est-il le meilleur acte de refus de la violence qui vient. Ne scelle-t-il pas le glas d’une communauté? Enfin, il y a une pléthore de personnages, mais j’ai personnellement eu un certain mal à les différencier. Je pense que c’est avant tout parce que je n’avais vraiment réussi à entendre leurs différents discours. Les flammes de Nder est un roman bien écrit. Mais, il y a tellement de possibilités non explorées… Pourtant, je vous invite à faire le pas de la lecture et à découvrir cette petite bourgade prise dans l’étau de milices islamistes. Action et réactions. Que feriez-vous dans de telles circonstances?

Biographie SEMOU MAMA DIOP

Sémou MaMa Diop est né au Sénégal. Son écriture, très peu conventionnelle lui vaut d’être considéré par les autorités sénégalaises comme un écrivain subversif. Il est l’auteur du roman polémique Thales le fou sorti en 2007 chez L’Harmathan. Il est également l’auteur, chez le même éditeur de trois autres romans : Le dépositaire (2006), En attendant le jugement dernier, paru en 2011.  Les Flammes de Nder est son dernier roman.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here