La-33 ou l’incarnation de la salsa urbaine

643
0
PARTAGER

La-33

Ce jeudi 12 juin, Paris a chaud, très chaud. L’été a choisi de pointer le bout de son nez le jour de l’ouverture de la Coupe du Monde au Brésil. Mais un autre événement latino-américain a lieu au Divan du Monde, le concert de La-33.


C’est une véritable bombe qui explose au Divan du Monde (Paris XVIIIème). La-33, groupe colombien de salsa « dura » des Caraïbes qui mêle boogaloo, jazz, ska et folklore, a transformé dans une fièvre fulgurante et contagieuse cette salle de concert parisienne. Après une première partie menée avec brio par les Salsos Positivos, les 11 musiciens de La-33 débarquent sur scène. Une salsa énergique, une présence sur scène très forte, rondement menée par trois voix principales qui s’interchangent sans encombre. Un vrai bonheur pour le public venu en nombre. Entre démos de danse et e
uphorie, le Divan du Monde sue de bonheur à chaque chanson. On a évidemment entendu leurs titres phares, La Pantera Mambo (reprise de la Panthère Rose), Calle 33, Soledad, Que Rico Boogaloo. Ainsi qu’une cover de Bob Marley « War » très inspirée.

Un groupe de musique qui « mouille le maillot »

Quelque 10 000 000 de vues sur YouTube et quatre disques au compteur, dont le dernier en date, Tumbando por Ahí, imprégné de reprises à leur sauce et qui ont fait leur renommée comme La Panthère rose de Mancini ou le célèbre Roxanne de Police.

Ce nom de groupe, La-33 fait référence à la calle 33 à Bogotá (Colombie) où les membres avaient l’habitude de se retrouver pour jouer. La-33 existe depuis plus de douze ans maintenant. C’est une histoire de famille. C’est Serjio Mejia, le bassiste du groupe, accompagné de son frère, Santiago, qui l’ont monté. « C’est comme un mariage, avec des jolis moments, mais aussi d’autres plus difficiles. Il faut savoir faire la part des choses. »

Le 12 juin dernier, La-33 a prouvé au public toute son homogénéité telle une équipe de football bien rodée. Une vraie équipe qui n’hésite pas à mouiller le maillot. « La véritable essence du groupe, c’est le divertissement. On veut divertir, communiquer avec les gens, donner du plaisir. C’est ce qu’on a voulu mettre dans le dernier disque. » Même si leur musique se révèle être festive ou joyeuse, les textes de leurs chansons mettent en avant le climat social de leur pays mais sans « aucune prétention. »

« Le public (français) a véritablement la passion de la salsa »
La-33 a donc commencé sa série de concert en France. Pour Serjio Mejia, jouer ici est un plaisir car « le public a véritablement la passion de la salsa. Ça a été une vraie surprise » nous explique-t-il. « La France est le pays hors Amérique Latine où on a rencontré la plus grande passion pour la salsa. » admet-il.
La-33 se produira de nouveau en France cet été. Le 31 août, ils seront du côté de Hossegor puis le festival d’Ile-de-France (le 7 septembre). Chaud devant.

Clément Younes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here