LES LECTURES DE GANGOUEUS – Invité : THOMAS DIETRICH pour «Là où la terre est rouge»

1172
0
PARTAGER

Merci de patienter pendant le chargement...
THOMAS DIETRICH obtient un master ès affaires publiques à l’Institut d’études politiques de Paris en 2014.

Ses deux romans ont pour cadre le continent africain, où il a vécu et travaillé. Le premier, Là où la terre est rouge, est publié en 2014 chez Albin Michel2. Il raconte le parcours d’un jeune européen asocial et mal dans sa peau qui, par le plus grand des hasards, va se retrouver conseiller d’un président africain3. La République du Tshipopo évoquée dans son roman ressemble à maints égards à la République centrafricaine, un pays que l’auteur connaît bien4. Là où la terre est rouge est sélectionné pour de nombreux prix littéraires et reçoit le Prix Folire5. Il devient délégué général de ce prix en 2015.

Son second roman, Les Enfants de Toumaï, a cette fois pour cadre le Tchad et narre une histoire d’amour impossible entre une jeune musulmane du nord du pays et un étudiant du sud, de parents chrétiens6. Ce livre est à mettre en résonance avec l’engagement de l’auteur, qui entend s’opposer au régime contesté du président tchadien Idriss Deby Itno7. En janvier 2015, sur TV5 Monde, il accuse ce dernier d’avoir soutenu « pendant de nombreuses années » la secte islamiste Boko Haram8. L’information est relayée et étayée par Mediapart9, mais reste néanmoins sujette à caution.

RÉSUMÉ DU LIVRE :

THOMAS DIETRICHAlors qu’il vient d’abandonner ses études, Icare se voit propulsé, par une étrange rencontre, conseiller politique d’un État africain. Initié à l’art des élections truquées, des coups d’État réussis et des rébellions à mater, il découvre en même temps l’amour et l’ivresse du pouvoir, qui tous deux peuvent porter aux nues comme en enfer.

Mêlant confession, épopée et mythe, ce premier roman savoureux conte les mésaventures d’un jeune opportuniste sans foi ni loi dans le contexte bien réel d’un continent dont Thomas Dietrich, vingt-trois ans, a une étonnante connaissance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here