DANS LES COULISSES DES BALLETS DE TAHITI ORA

1182
0
PARTAGER

LES BALLETS DE TAHITI  

Merci de patienter pendant le chargement...
La compagnie de danse Tahiti Ora débutait sa grande tournée française le 17 janvier au Théâtre du Casino d’Enghien-les-Bains. A quelques heures du grand spectacle, les 34 artistes répètent pour la dernière fois.

A 13 heures, tous les régisseurs sont aux aguets. C’est l’he

ure de la balance, la lumière doit être testée et les réglages du son se font avec les musiciens qui interprètent chacune de leurs chansons. Pendant près d’une heure ils reprennent chaque détail pour tenter d’arriver à la perfection. Pendant ce temps les artistes s’échauffent pour la grande répétition générale. Ce sont les hommes qui ont investi les planches de la scène pour des étirements entre eux. Tumata Robinson, la directrice de la compagnie, pendant ce temps jongle entre les coulisses et la salle. Elle doit tout vérifier, notamment les costumes, cousus à la main. Pour la première fois pendant la répétition elle ne sera p

as dans les coulisses mais auprès du régisseur pour donner les derniers conseils à l’aide du micro. Elle tenait à ce que les répétitions se fassent en costumes. Une fois tous les artistes revêtus à la Tahitienne, ils prennent quelques secondes pour faire leur cri de guerre un peu à l’écart. Tumata nous confie que « Un quart d’heure avant chaque représentation ils se réunissent tous pour la prière traditionnelle. Histoire d’oublier leur stress ». Le rideau rouge se ferme et la voix du spectacle est lancée. Tout se fait dans les vraies conditions pour obtenir le ré

sultat le plus proche. Roland Garrigou, le producteur veille au bon déroulement de la répétition, assis dans un des fauteuils rouges il regarde tous les détails.

Entracte sous tension

A l’heure de l’entracte, les dernières recommandations ont lieues. Tumata qui est également la chorégraphe des Ballets de Tahiti reprend sa troupe sur certains pas. Ils ne sont pas au maximum de leur capacité pour se préserver pour le grand spectacle du soir mais ils se doivent tout de même d’être précis dans la technique. A chaque nouvel endroit, ils s’adaptent à la scène pour leurs déplacements. Les danseurs ont eux aussi des remarques à faire sur la lumière ou la musique. Dans les coulisses, ils boivent de l’eau et enfilent leur prochain costume. Durant la représentation ils doivent se changer de nombreuses fois c’est pourquoi Tumata Robinson ainsi que les habilleuses seront dans les loges pour les aider très rapidement. Plus la journée avance, plus le stress est palpable. Depuis deux jours, la troupe est un peu déconnectée de la réalité mais au moment de leur repos c’est là qu’ils sentiront réellement la pression monter. Tumata, est persuadée que «si le public est chaleureux tout va aller très bien, si le public n’est pas réceptif le résultat sera moins bien». Elle est plutôt sereine et souhaite à sa troupe d’apprécier leur moment car ils ont beaucoup travaillé pour jouir de cet instant. L’ambiance entre les membres est très bonne. Ils travaillent ensemble depuis plus de deux ans. Ils ont déjà donné ce spectacle, tous ensemble au 129e Heiva, célèbre festival de danse Tahitien où ils ont remporté le grand prix. Depuis 2011 tout réussit à cette prestigieuse compagnie de danse et leur tournée à travers la France promet d’être un véritable succès au vu des tableaux offerts lors de la répétition générale.

                                                                                                  Eléonore Rezkallah

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here