« HATCHED » de MAMELA NYAMZA ou Comment devenir une femme émancipée

553
0
PARTAGER

MAMELA NYAMZA 

Merci de patienter pendant le chargement...

« Hatched » le spectacle chorégraphié et interprété par la danseuse sud-africaine Mamela Nyamza était programmé au théâtre 13/Seine de Paris du 17 au 20 juillet 2013, dans le cadre du festival Paris Quartier d’Eté. Un spectacle de danse contemporaine durant lequel la danseuse utilise sa propre expérience et ses mouvements pour montrer comment une femme acquiert son indépendance.

Un fils et une mère

MAMELA NYAMZADébut du spectacle. Un enfant se tient debout sur le côté droit de la scène. Il s’amuse à peindre un paysage sur une toile. Cet enfant, c’est en fait le fils de 13 ans de Mamela Nyamza. Il l’accompagne tout au long du spectacle pour lui donner de la force et du courage. Il ne fait que peindre mais la danseuse accorde beaucoup d’importance à sa présence surtout que celui-ci lui donne l’impression d’avoir également auprès d’elle la compagnie de sa défunte mère. La danseuse estime que son fils et sa mère ont un lien car la mort de celle-ci et la conception de son fils ont toutes les deux eu lieu au cours de la même année. De plus, Mamela est certaine d’entendre la voix de sa mère. Une voix qui la guide au quotidien et qui a été à l’origine de son envie de danser pour montrer au monde son expérience.

Le chemin de la liberté

Retour sur le spectacle. Après quelques instants, Mamela apparait enfin. Celle-ci n’a pour seul vêtement qu’une longue jupe beige sur laquelle de nombreuses pinces à linge sont accrochées. Elle porte également un seau et se déplace sur la pointe des pieds. Sur scène, une corde est étendue et un imposant drap rouge se trouve amassé sur le sol.

Pendant les premières secondes du spectacle, la danseuse se contente de faire quelques allers-retours d’un bout à l’autre de la scène. Mais ensuite, celle-ci va commencer à accrocher du linge rouge tout au long de la corde étendue. Un linge rouge qu’elle porte empilé sur sa tête à la manière des femmes africaines.

Dans cette première partie, Mamela incarne une femme soumise, habituée aux tâches ménagères et sans réel pouvoir sur sa propre vie. C’est une femme timide et fragile qui n’ose pas prendre sa vie en main. La forte présence du rouge sur scène connote la souffrance et la douleur. Cependant, par le biais de son spectacle, la danseuse souhaite montrer aux femmes du monde entier que le changement est possible, qu’elles peuvent s’émanciper de leur vie antérieure. C’est pour cela qu’au tableau suivant, Mamela fait revivre la femme qu’elle incarne. Le public a l’impression de suivre la naissance de la danseuse. Une danseuse qui semble, au début, très faible. Elle tente de se lever mais ses membres tremblent. Lorsqu’elle se déplace enfin, les spectateurs voient alors une femme sans réels repères qui redécouvre les vêtements qu’elle a étendus sur la corde. Elle les touche et s’en habille même. Après une longue observation, c’est finalement un long manteau rouge que celle-ci va choisir de porter.

Ce manteau peut être perçu comme un symbole. Celui de sa féminité. C’est ce manteau qui va l’aider à se libérer car après l’avoir revêtu tout va aller très vite. La jeune femme va retrouver sa joie de vivre et se redécouvrir. La femme qui avait au début peur d’affronter le regard extérieur n’existe plus. Elle laisse place à une femme qui se lâche et qui va de plus en plus faire face au monde. En effet, celle-ci va cesser de tourner le dos au public pour le regarder droit dans les yeux. Elle va danser, tournoyer, sautiller, exprimer sa joie et tout cela sur un fond de musique rythmée. Elle va même finir par se libérer de sa jupe « pinces à linge » pour ne porter plus que son manteau. Un geste emblématique qui marque la fin de sa vie antérieure et le début d’une vie d’indépendance. La femme va enfin pouvoir vivre la vie qu’elle a choisie.

La danse, moyen d’expression contre les maux

« Hatched » véhicule un message fort, un message de courage. Mamela veut que ses peines et ses souffrances servent à guérir d’autres femmes et souhaite donc retransmettre sa force à travers la danse. Elle s’engage pour la cause féminine et espère vraiment que son spectacle puisse avoir un impact positif.

D’ailleurs, la violence envers les femmes est un sujet que Mamela connait bien car étant Sud-Africaine, elle sait que cette forme de violence fait rage dans son pays. Elle précise même que les femmes y sont maltraitées presque quotidiennement. En effet, dans ce pays, les faits de violences domestiques, de viols et de meurtres sont courants. Il existe même ce qu’on appelle le « viol correctif » infligé aux femmes lesbiennes pour tenter de les « guérir ». Néanmoins, la violence envers les femmes n’est pas localisée et se retrouve même partout dans le monde. Un nombre incalculable de femmes en souffre chaque jour et ce sont ces femmes-là que Mamela souhaite aider et soulager.

« Hatched », un spectacle touchant au message clair. Mamela Nyamza a su faire passer ses émotions et conquérir le public qui était venu en nombre pour découvrir son spectacle.

Catia Pereira Fernandes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here