Jeunes Textes en Liberté : NOUVEAU LABEL, NOUVEAUX AUTEURS, NOUVELLES REVENDICATIONS

864
0
PARTAGER

Jeunes Textes en Liberté 

Merci de patienter pendant le chargement...

Le label « Jeunes Textes en Liberté » a pour vocation de révéler de nouveaux auteurs contemporains, tout en privilégiant une mixité sur scène.

Deux inconnus, une dispute, et … une nouvelle collaboration ! Penda Diouf et Anthony Thibault ne se connaissaient pas. Ils se sont rencontrés lors d’un débat sur la représentation de la diversité sur les plateaux français. Très vite, le ton monte entre les deux interlocuteurs. Penda lance à Anthony qu’il est un « blanc dominant colonialiste ». La discussion semble fermée entre eux. Pourtant, ils se revoient la semaine suivante. Tous les deux apaisés et plus à l’écoute, ils se rendent compte qu’ils mènent tous les deux le même combat. Ils veulent de la diversité sur les scènes françaises et plus généralement dans l’art. Au terme de longues discussions, ils voient un projet se former. C’est la naissance du label « Jeunes textes en liberté ».
Le but de cette collaboration

Jeunes Textes en LibertéCe label promeut et dévoile de jeunes auteurs contemporains. Le but étant aussi d’encourager la mixité sur scène : hommes, femmes, mais surtout blancs et noirs. « On veut aussi créer du lien. Le théâtre est un métier de rencontres » explique Penda Diouf. Les créateurs de ce label, accompagnés d’un jury de lecture, ont choisi des textes d’auteurs encore inconnus pour les mettre en espace. Plus de 110 textes reçus. Seulement 8 sélectionnés pour cette première session de lecture, dont le thème est « la frontière ». «Nous aimerions choisir plus de textes, mais nous ne disposons pas d’assez de monde. Nous sommes pourtant plus d’une vingtaine à travailler sur le label mais chaque texte demande du temps mais aussi de l’argent que nous n’avons pas forcément ». Cependant, pas de déception pour ceux qui aurait voulu faire partie de l’aventure et qui n’ont pas été sélectionnés. Penda et Anthony assure une chose : « on a choisi la forme de label puisque nous voulons faire perdurer ce projet. Après cette année, on continuera. Il y aura d’autres auteurs, d’autres collaborations, nous aurons encore d’autres partenaires que nous sommes déjà en train de chercher ».

Genius Loci
La première lecture se déroule dans une salle de la Main d’œuvres, lieu de création situé à Saint-Ouen, une banlieue parisienne. Là, on y croise Aurelien Houver, l’auteur de la pièce qui va être lue ce soir par plusieurs comédiens. Malgré la centaine de spectateurs, il parait assez détendu. Tout aussi calme, le metteur en scène Eugen Jebeleanu semble serein sur le travail qu’il a effectué avec ses comédiens. Le texte se nomme Genius Loci et il raconte l’histoire d’une assiégée et d’un assiégeant pendant la guerre des Balkans en Bosnie-Herzégovine. Le public est attentif, le texte est fort.
En choisissant des textes sur le thème de frontière, Penda Diouf et Anthony Thibaut veulent rendre concret un simple mot. « Notre projet est d’abolir les frontières. Par exemple, on fait des actions dans Paris mais on va également aller à l’extérieur de Paris. On va faire des lectures dans le théâtre, mais aussi à l’extérieur des théâtres, c’est aussi simplement ça la notion de frontière».
Avec beaucoup d’huile de coudes, Penda et Anthony sont parvenus à mettre en place un projet qui semble intéresser beaucoup de monde, qu’il s’agisse d’auteurs ou de comédiens. Le label a également pour but de suivre les auteurs qui ont été choisi, et de les accompagner dans diverses rencontres théâtrales afin de révéler des avenirs professionnels dans le monde du spectacle. Passions, convictions et professions, voilà un mélange qui promet de belles perspectives pour le label Jeunes textes en liberté.

Estelle Lautrou

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here