PALABRES AUTOUR DES ARTS (3ème Anniversaire ) – THEME : « Je décide de m’autoéditer»

10274
0
PARTAGER

PALABRES AUTOUR DES ARTS  

Merci de patienter pendant le chargement...
Ils étaient une centaine de personnes ce mercredi 28 mai 2014 à la Librairie Galerie Congo. Une centaine de passionnés de littérature venus souffler sur les trois bougies des « Palabres autour des arts ». Au menu de cette fête, un délicieux de gâteau certes, mais aussi et surtout beaucoup de romans. Elikia/Espoir d’Eveline Mankou, Flots d’encre de Joss Doszen, Le Bal des débutants de Nadia Origo, Les Contes de Mabah de Marius Bonfeu.

PALABRES AUTOUR DES ARTSCes romans ont en commun non seulement l’origine africaine de leurs auteurs, mais aussi leur mode d’édition. Des autoproductions. Et pour cause : cette rencontre anniversaire a pour thème « Je décide de m’autoéditer ». Et la troisième partie de la rencontre communément appelée « Piment dans la bouche des palabreurs » a permis au public et aux chroniqueurs de débattre autour de la question « L’autoédition, une littérature marginale ? »

Mais avant ces échanges parfois animés mais toujours cordiaux autour de l’autoédition, le public a eu droit à la présentation du recueil de nouvelles « Sous mes paupières, Extérieur vies » écrit par les membres du collectif Palabres autour des arts, et édité par L’Harmattan.

Palabres autours des arts est une rencontre littéraire initiée par Joss Doszen (écrivain). Elle a pour ambition de réunir, une fois par mois, autours des romans et des auteurs d’origine africaine, des passionnés « non professionnels » des littératures africaines. Le terme « non professionnels » ici est de rigueur. Car même si, parmi ses chroniqueurs on compte des écrivains, des universitaires et des critiques littéraires, Les Palabres autours des arts revendiquent une façon « non savante » de parler de littérature. Le but étant de rendre ces rencontres et la pratique des livres accessibles à tous. Pari tenu, si on en juge au nombre de plus en plus croissant des participants à ces rencontres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here