PALABRES AUTOUR DES ARTS – Du mardi 26 février 2013 – THEME : « Afrique et Orient : amour, haine…amour ?»

10679
0
PARTAGER

GUILLAUME RAMAYE  

Merci de patienter pendant le chargement...

Le génocide voilé (Tidiane NDiaye) ; Léon l’africain (Amin Maalouf) ; Le pain nu (Mohamed Choukri) ; Le musée (Leila Aboulela) ; Une saison de migration vers le nord (Tayeb Salih) et Kiffer sa race (Habiba Mahany), tels sont les ouvrages qui ont servi de trame à la rencontre littéraire, « Palabres autour des arts » le 26 février 2013 à La Librairie-Galerie Congo.

Face à plusieurs dizaines d’invités, les trois chroniqueurs amateurs, Réasssi Ouabonzi, Florence Hervé et Ralphanie Mwana Congo ont passé au crible chacun de ces livres. Des analyses, commentaires et critiques fait en toute décontraction, sans aucune prétention. L’objectif étant de faire partager au public ses coups de cœur, ses coups de gueules (parfois) avec pour but ultime de donner envie à ce dernier de lire les bouquins en question pour se faire sa propre opinion.

De tous les auteurs cités plus haut, seule Habiba Mahany était présente pour « défendre » Kiffer sa race, son roman paru en 2008 chez Lattes. C’est le principe même des « Palabres autour des arts » qui veut que la deuxième partie de la rencontre soit consacrée à un invité présent aux côtés des chroniqueurs.

La romancière franco magrébine auteure de Kiffer sa race et de La petite Malika, paru 2010 chez le même éditeur, n’a pas vraiment eu besoin de défendre son travail. Les trois chroniqueurs on donné le sentiment de « kiffer » ce roman qui narre l’histoire de Sabrina, brillante élève d’une classe de première dans une cité d’Argenteuil et par ailleurs confrontée aux crises identitaires de ses proches : son petit frère qui se prend pour une chef, sa sœur devenu mystérieuse après un voyage en Algérie et son amie Nedjma dont les tribulations sexuelles à répétition cachent à peine des fêlures silencieuses.

La troisième et dernière partie de la rencontre a été celui du débat. Le thème du jour : « Afrique et Orient : amour, haine…amour ? ». Sous la coordination de Réassi Ouabonzi, le public s’est saisi de cette question avec un réel enthousiasme, comme e témoignaient la vivacité des questions et des réactions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here